Cinéphile m'était conté ...

Cinéphile m'était conté ...

Journal


La semaine d'un cinéphile (135)

Lundi 24 juin

 

Allez, encore trois jours de travail avant le grand départ pour La Rochelle. Là où la canicule devrait moins sévir que dans d'autres régions de France. En espérant que la climatisation fonctionne parfaitement dans la salles ce qui n'a pas toujours été le cas ces dernières années.

 

 

Mardi 25 juin

 

La Rochelle : J-3. J'ai acheté les chroniques de François Truffaut parues dans Arts Spectacles entre 1954 et 1958. Une saine lecture entre deux séances.

 

 

Mercredi 26 juin

 

Chaque année, c'est pareil. J'essaie de caser les sorties de la semaine sur 2 jours avant le vendredi, jour du démarrage à La Rochelle. Cela va donner 2 films à Orléans, 1 à Tours et 1 à Poitiers, entre aujourd'hui et demain. Et ça commence par Yves signé du type qui avait réalisé l'hilarant Gaz de France (vu d'ailleurs à La Rochelle).

 

 

Jeudi 27 juin

 

Je me méfie toujours des critiques "officielles" et je crois que j'ai raison. Parler de scènes "insoutenables" dans Golden Glove, par exemple, me parait excessif. Mais chacun possède sa propre sensibilité, n'est-ce pas ?

 

 

Vendredi 28 juin

 

Me voici à La Rochelle, vite entouré de têtes familières. Le coup d'envoi est parfait avec le merveilleux film d'Elia Suleiman.

 

 

Samedi 30 juin

 

Il n'y a pas que des avant-premières à La Rochelle. J'ai prévu de voir ou de revoir Le feu follet, Les contes de la lune vague après la pluie, 3 Sjöström et 2 Mouratova. Mais pas d'Arthur Penn, trop frais en ma mémoire.

 

 

Dimanche 30 juin

 

Regarder pour la première fois sur grand écran un film déjà familier par ailleurs, cela change tout. Quel bonheur par exemple de (re)voir Le feu follet de Louis Malle.

 

 


30/06/2019
0 Poster un commentaire

La semaine d'un cinéphile (134)

Lundi 17 juin 2019

 

Ce soir, pas de cinéma mais un match de foot de la coupe du monde féminine. Quand on demande aux footballeuses d'où vient leur vocation, la plupart citent le film Joue-là comme Beckham. Tiens, je ne l'ai pas vu, celui-ci !

 

 

Mardi 18 juin

 

Le prochain Danny Boyle, Yesterday, s'annonce amusant. Vous imaginez un monde parallèle où les Beatles n'auraient pas existé ? En salles le 3 juillet.

 

 

Mercredi 19 juin

 

Pour une fois, j'aurai une semaine de congés après le 15 août. L'occasion de découvrir un nouveau festival ? Angoulême ou Gindou ? J'avaoue que le second me tente assez, de par sa localisation (Lot) et sa programmation (l'an dernier : La vie comme elle vient, Les héritières et L'homme à la moto, entre autres).

 

 

Jeudi 20 juin

 

Le traître a été élu meilleur film aux Globi d'oro italiens. Le film de Marco Bellocchio sortira le 30 octobre mais je le verrai bientôt à La Rochelle.

 

 

Vendredi 21 juin

 

Ah, enfin un nouveau film de Carlos Sorin bientôt sur les écrans. Joel, une enfance en Patagonie, sort le 10 juillet. Bonne nouvelle !

 

 

Samedi 22 juin

 

Je combats la tristesse comme je peux. En passant la journée à Paris du Luminor aux 3 Luxembourg, en passant par l'Espace Saint-Michel. Trois films vus parmi lesquels je privilégie L'autre continent, surtout pour sa première partie et pour l'adorable Déborah François.

 

 

Dimanche 23 juin

 

Dans le cinéma français, il ne faut pas surtout pas négliger l'apport des cinéastes étrangers : Esway, Pabst, Saslavsky, Tourjansky, Litvak, par exemple. Ou encore Thiele avec Dactylo, que je ne vais pas tarder à découvrir.

 

 

 

 


23/06/2019
0 Poster un commentaire

Les deux (longues et difficiles) semaines d'un cinéphile (133)

Lundi 3 juin 2019

 

Après une semaine de disette, retour à l'abondance avec les sorties de ce mercredi. Piranhas, Les particules et, surtout, Parasite, sont à l'affiche. Tiens, que des films qui commence par un P. Prometteur ?

 

 

Mardi 4 juin

 

Heureux parisiens qui ont la chance de pouvoir voir de nouvelles reprises, chaque semaine. Par exemple, une intégrale Almodovar dès le 19 juin avec notamment Femmes au bord de la crise de nerfs. Et dire que ce film a 30 ans !

 

 

Mercredi 5 juin

 

Le programme complet de La Rochelle est désormais connu. Dans les avant-premières, je note Atlantique, Bacurau, Little Joe, Les misérables, Portrait de la june fille en feu, Roubaix, une lumière, Les siffleurs, Sorry we missed you et Une fille facile.

 

 

Jeudi 6 juin

 

Vu hier soir, Parasite est bien un film formidable, digne de la Palme d'Or. N'empêche que moi, j'aurais donné la récompense suprême à Douleur et gloire. Et je n'ai pas à me justifier.

 

 

...

 

Vendredi 14 juin

 

Maman est partie. Je suis désormais orphelin. La vie est triste mais elle continue. Tant bien que mal.

 

 

Samedi 15 juin

 

Programmation en ligne pour le Festival de La Rochelle. J-13, déjà. Je verrai beaucoup d'avant-premières mais j'ai prévu aussi 3 Sjöström ainsi que Les contes de la lune vague après la pluie, qui doit être somptueux sur grand écran. Au total, 28 séances seulement pour moi, soit 3 par jour, c'est raisonnable.

 

 

Dimanche 16 juin

 

Quand il n'y a pas d'envie, il reste toujours un "vieux" film français à découvrir. Martin soldat de Deville, par exemple. Ou bien Autant-Lara, Grangier, Kast, Tourneur, Varda ...

 

 


16/06/2019
4 Poster un commentaire

La semaine d'un cinéphile (132)

Lundi 27 mai 2019

 

C'est la première fois que cela m'arrive cette année : aucun film ne me parait digne d'intérêt parmi les sorties de mercredi. Bon, je ferai un effort pour Rocketman, peut-être. En revanche, juin sera chargé en films d'art et d'essai et j'espère voir, entre autres, 11 fois Fatima, d'un réalisateur portugais, Joao Canijo, souvent passionnant.

 

 

Mardi 28 mai

 

Parmi les films restaurés présentés au prochain Festival de La Rochelle figurent Les amants crucifiés et Les contes de la lune vague après la pluie de Mizoguchi. Qu'est-ce que ça doit être bien sur grand écran.

 

 

Mercredi 29 mai

 

Le grand week-end de l'Ascension commence ce soir. A propos d'ascensions, je vais sans doute regarder le dénouement du Giro à la télévision. Ce qui me fait penser qu'il y a un film de Toto qui lui est consacré, sous forme comique évidemment, et tourné en plein dans la fameuse période de rivalité Coppi/Bartali.

 

 

Jeudi 30 mai

 

Je n'aime pas me rendre à l'hôpital, même comme visiteur, mais je n'ai pas le choix ce week-end. Pas de séance de cinéma, donc, si ce n'est quelques vieux films en soirée.

 

 

Vendredi 31 mai

 

Grand dossier Michel Deville dans le dernier numéro de Positif. Il me reste peu de ses films à découvrir si ce n'est On a volé la Joconde ou Martin soldat. Et puis revoir L'ours et la poupée, presque totalement effacé de ma mémoire.

 

 

Samedi 1er juin

 

Moments difficiles à vivre. Voir quelqu'un s'effacer progressivement de la vie. Funeste destin qui nous concerne tous, à plus ou moins brève échéance.

 

 

Dimanche 2 juin

 

Triste anniversaire. On ne devrait plus le fêter après un certain âge. D'ailleurs, je ne le fêterai pas.

 

 

 

 

 

 


02/06/2019
0 Poster un commentaire

La semaine d'un cinéphile (131)

Lundi 20 mai 2019

 

Alain Delon honoré à Cannes. Il était temps. Certains ont cru bon d'enclencher une polémique sous prétexte que l'homme n'est pas recommandable, en oubliant que c'est l'artiste, l'acteur du Guépard, notamment, qui était célébré. J'en ai marre de ces controverses incessantes. Pauvre monde !

 

 

Mardi 21 mai

 

Que se passe-t-il à Cannes ? J'avoue que jusqu'à maintenant, j'ai suivi cela de loin. Je lirai les comptes-rendus plus tard. Néanmoins, je sais bien que c'est aujour'hui la présentation du dernier Tarantino. Si j'ai envie de le voir ? Oui, bien sûr, mais je ne suis pas plus excité que cela.

 

 

Mercredi 22 mai

 

Parution du nouveau numéro de Jeune Cinéma qui ne ressemble vraiment pas aux autres magazines cinématograpuhiques (c'est un compliment). A noter, entre autres, un excellent article sur la présence du cinéma français à Cannes.

 

 

Jeudi 23 mai

 

Petit coup d'oeil au "palmomètre" de Cannes. Douleur et gloire est bien placé de même que Une vie cachée de Malick. Je croise les doigts pour ce cher Almodovar.

 

 

Vendredi 24 mai

 

Qu'il y ait des films argentins, brésiliens ou colombiens en sélection à Cannes est assez habituel. Mais je me réjouis surtout d'y voir également des longs-métrages guatémaltèque (Nuestras Madres), costaricien (Ceniza Negra) et péruvien (Cancion sin nombre). Et bientôt en salles, j'espère.

 

 

Samedi 25 mai

 

Encore raté pour Pedro. Consolation avec Antonio. Parasite était mon deuxième favori. Un peu déçu, donc, mais pas trop. Beaucoup de bons films à voir dans les prochains mois, pour sûr.

 

 

Dimanche 26 mai

 

Giro, Roland Garros : résisterai-je aux tentations ? Tôt ou tard, je regarderai volontiers l'une de ces "vieilleries" dont je fais mon miel. Les dernières vacances, par exemple ?

 

 


26/05/2019
0 Poster un commentaire

La semaine d'un cinéphile (130)

Lundi 13 mai 2019

 

J'entame la lecture d'un pavé imposant : Le sauvage de Guillermo Arriaga. Cela faisait longtemps que j'attendais le nouveau roman de celui qui est aussi le scénariste de Babel et de 21 grammes.

 

 

Mardi 14 mai

 

Doris Day n'est plus. Chanteuse et actrice, souvent mésestimée pour cette deuxième activité. Beaucoup de comédies, comme Confidences sur l'oreiller, mais aussi L'homme qui en savait trop de Hitchcock.

 

 

Mercredi 15 mai

 

Coincé entre les sorties du Jarmusch et de l'Almodovar, Passion, le deuxième film de Ryûsuke Hamaguchi, va avoir du mal à exister. Après le bon accueil de Senses et d'Asako, verra t-on plus tard ses autres films inédits en France, Solaris (mais oui) et The Depths.

 

 

Jeudi 16 mai

 

Le Festival de La Rochelle a commencé à dévoiler son programme. On y verra, entre autres, 9 films de Dario Argento et de Victor Sjöström.

 

 

Vendredi 17 mai

 

Parmi les avant-premières de La Rochelle déjà annoncées, je retiens Little Joe (Haussner), It must be Heaven (Suleiman), A white, white Day (Palmason), Monos, Oleg et Talking about Trees. En attendant d'autres films en provenance directe de Cannes.

 

 

Samedi 18 mai

 

J'ai Quartier latin, aujourd'hui. Avec Her Job, Meurs, monstre, meurs et La miséricorde de la jungle (merci, Doina).

 

 

Dimanche 19 mai

 

Petit plaisir dominical : regarder (et non "visionner" comme on l'écrit improprement dans les blogs ou forums) Angèle de Pagnol.

 

 


19/05/2019
0 Poster un commentaire

La semaine d'un cinéphile (129)

Lundi 6 mai 2019

 

Le cinéma argentin est bien distribué en France, ce n'est pas moi qui vais m'en plaindre. Grosse attente de ma part concernant Rojo de Benjamin Naishtat, qui sort début juillet. Mais d'ici-là, il y a déjà Retour de flamme, avec ce cher Ricardo Darin, à l'affiche dès mercredi prochain.

 

 

Mardi 7 mai

 

Parmi les films qui sortent demain et que j'ai déjà vu figurent Petra (pas aimé du tout), Fugue (pas vraiment aimé) et surtout The Reports on Sarah and Saleem (beaucoup aimé).

 

 

Mercredi 8 mai

 

Une rétropspective Michel Deville commence demain à la Cinémathèque. Un hommage bien mérité pour ce cinéaste de 88 ans qui s'est construit en dehors des modes. Il me reste une poignée de films de lui encore à voir comme On a volé la Joconde.

 

 

Jeudi 9 mai

 

J'ai fini hier soir le dernier roman de Wiliam Boyd, L'amour est aveugle. Un livre bien trop riche pour être adapté au cinéma comme d'ailleurs la majeure partie de son oeuvre. Boyd est un cinéphile qui a collaboré à plusieurs scénarios. Il a même réalisé un film, La tranchée, sorti en 1999. Il n'a pas réitéré. Son métier est avant tout celui d'écrivain.

 

 

Vendredi 10 mai

 

Qui dit week-end dit patrimoine du cinéma français. Tiens, je vais commencer avec Ceux du rivage du peu célèbre Jacques Séverac. Un film de 1943 !

 

 

Samedi 11 mai

 

Justine Triet/Virginie Efira : le duo gagnant de Victoria s'est reformée pour Sibyl. En compétion à Cannes puis ensuite en salles. Vivement !

 

 

Dimanche 12 mai

 

Jean-Claude Brisseau est mort. Est-ce le cinéaste qui était sulfureux ou plus simplement l'homme ? J'ai aimé plusieurs de ses films, pas nécessairement les plus connus. Céline, par exemple.

 

 

 

 

 


12/05/2019
0 Poster un commentaire

La semaine d'un cinéphile (128)

Lundi 29 avril 2019

 

Ce mercredi sort Duelles, film belge assez ridicule. Et toujours pas de nouvelles du formidable Ne tirez pas, sur les écrans en Belgique depuis octobre dernier. Mais que font les distributeurs ?

 

 

Mardi 30 avril

 

Ah les belles sorties de ce mercredi. Je ne parle pas de Duelles et de Alice T., déjà vus (pas fameux) ni de Nous finirons ensemble (à voir quand même) mais de films guatémaltèque (Tremblements) et macédonien (Dieu existe, son nom est Petrunya). Et puis il y a Gloria Bell, remake d'un formidable film chilien par son réalisteur et, ouzo sur le gâteau, un film grec, Her Job, à la distribution malheureusement très chiche.

 

 

Mercredi 1er mai

 

J'ai décidé de m'engager dans un petit cycle cinéma fantastique français. Je commence par Le temps de mourir avant Paris n'existe pas et Un soir par hasard. A suivre.

 

 

Jeudi 2 mai

 

Anémone n'est plus. Je n'avais pas d'affinités particulière avec cette actrice que j'avais sans doute le tort de ne pas prendre trop au sérieux. Je suis loin de connaître toute sa filmographie. Quid par exemple du film de Philippe Garrel, intitulé ... Anémone (1968) ?

 

 

Vendredi 3 mai

 

Les nouveaux Tarantino et Kechiche seront eux aussi de la fête cannoise. Intermezzo, la suite de Mektoub my love, est censé durer 4 heures. Oups.

 

 

Samedi 4 mai

 

Chouette, le week-end, où je peux poursuivre mon exploration du patrimoine cinématographique français. Toujours dans la veine fantastique avec Paris n'existe pas, La sorcière et Un soir par hasard.

 

 

Dimanche 5 mai

 

Après Okja, réservé aux abonnés de Netflix, le nouveau Bong Joon-ho, Parasite, sortira en salles. Auréolé d'une Palme d'or ? Possible, même si j'espère qu'enfin, Almodovar ...

 

 


05/05/2019
0 Poster un commentaire

La semaine d'un cinéphile (127)

Lundi 22 avril 2019

 

A Tours pour la journée. Et au cinéma, bien sûr. Des trois films vus aujourd'hui : La camarista, Alpha - The Right to kill et Genèse, c'est le dernier qui m'emballe le plus, et de très loin. J'en suis même tombé amoureux.

 

 

Mardi 23 avril

 

Que voir à partir de demain ? Un tramway à Jérusalem, 90's, Mais vous êtes fous, Victor et Célia, L'adieu à la nuit. D'après ce que j'ai lu, le dernier Téchiné ne serait pas très réussi. Cela ne m'empêchera pas d'aller le voir comme chacun de ses films depuis ... 1976 !

 

 

Mercredi 24 avril

 

Face à la grande distribution américaine (Avengers), je soutiens plus que jamais le commerce de détail français (Victor et Célia). Je ne me force pas, j'ai toujours aimé le cinéma de Pierre Jolivet.

 

 

Jeudi 25 avril

 

Adieu Jean-Pierre Marielle. Un immense comédien s'en est allé. Un grand monsieur, à la voix si reconnaissable. Une centaine de rôles, pas toujours des premiers, parfois dans de mauvais films. Mais c'était une présence, un ton, une éloquence ... Salut, l'artiste.

 

 

Vendredi 26 avril

 

Ce mois-ci, deux films du finlandais Teuvo Tullio sont sortis dans un coffret DVD : Le chant de la fleur écarlate et Le rêve de la hutte bergère. J'ai vu le second, il y a quelques années à La Rochelle, lors d'une retrospective du maître (?) du mélodrame finlandais. Pas un bon souvenir et plus ridicule qu'émouvant. Je ne sais pas si j'aurai le goût de revenir vers ce cinéaste.

 

 

Samedi 27 avril

 

Il me reste encore deux films à voir en salles, ce week-end. Mais je ne ferai pas pour autant l'impasse sur le patrimoine français que j'aime tant parcourir. Par exemple, avec La duchesse de Langeais.

 

 

Dimanche 28 avril

 

Hier soir, Rennes a remporté la Coupe de France de football. Oui, je sais, ce n'est pas du cinéma. On peut toujours trouver un lien, non ? Avec les couleurs du club, par exemple.

 

 


28/04/2019
2 Poster un commentaire

La semaine d'un cinéphile (126)

Lundi 15 avril 2019

 

Bibi Andersson n'est plus. La magnifique actrice suédoise est indissociable du cinéma d'Ingmar Bergman. Que Liv Ullmann tienne le coup !

 

 

Mardi 16 avril

 

Quelle tristesse !

 

 

Mercredi 17 avril

 

Demain, c'est l'annonce de la sélection cannoise. En attendant, l'affiche qui rend hommage à Agnès Varda est superbe.

 

 

Jeudi 18 avril

 

Beaucoup de grands noms et de déjà palmés dans la sélection officielle de Cannes. Si Almodovar pourvait obtenir la récompense suprême, ce serait fantastique (dit le mec qui n'a vu aucun des films en lice).

 

 

Vendredi 19 avril

 

Le week-end de Pâques commence maintenant. Je vais reprendre mon exploration des films de l'Occupation avec Le comte de Monte-Cristo.

 

 

Samedi 20 avril

 

Hier, j'ai vu El Reino alors que j'étais fatigué, en plein digestion, la tête ailleurs. Un coup pour rien. Je dois le revoir, dans de meilleures dispositions.

 

 

Dimanche 21 avril

 

Dimanche tranquille, à la campagne. Loin de l'agitation des villes que je trouve de plus en plus dérisoire. Joyeuses Pâques quand même !

 

 


21/04/2019
3 Poster un commentaire